L'ABCD'erre de la Vocalchimie

Création polyculturelle
Théâtre et musique en quadriphonie

Cette création s’inscrit dans le projet/sujet « Suivez l’accent ».
C’est un projet modulable, ouvert à toute proposition.
Il s’adresse à un large public de 7 à 77 ans.

L’abécéd’erre c’est expérimental, loufoque et populaire.
C’est mon grand chantier « enchantable » du langage, en tablier de swingueur de fond.
Là, c’est le vocalchimiste à moustache qui déterritorialise son art et ses flèches,
entre Lester Bowie et sa trompette de jazz, le burlesque de Peter Sellers acteur anglais avec sens de l’inadvertance,
l’inspecteur Gadget sortant de toutes situations par le biais d’outillages débridés.

Quelques coups de théâtre à la musique.
C’est la vie des lettres de l’alphabet en chants de clique rhizomique.
C’est que j’appelle vocalchimie.
Un vocalchimiste c’est comme un jardinier qui cultive avec et contre nature,
comme Arcimboldo faisait ses tableaux, ou Isidore Izou sa caverne « d’habits là-bas ».

C’est le B. A. BA de la musique et des mots.
Pour l’aléatoire projection des lettres de cet alphabet, il y a un grand écran « totem » à suivre.
Le vocalchimiste présente, chante et tchatche, improvise, scatte et slalome son inventaire.
C’est l’enfance de l’art au pied de la lettre.


Vingt années d’ateliers de transmissions m’ont amenés aujourd’hui à une écriture sonore de toutes les particularités d’une culture vocaliste œcuménique. Expérimenter la création, l’improvisation, l’altérité à travers un ouvrage. Chaque lettre de cet alphabet sera l’occasion de décliner une pensée artistique selon les constantes qui ont guidé une réflexion quant à l’art de déterritorialiser (merci G. Deleuze, F. Guattari) le chant, la voix… Où et quand l’identité se construit et chemine à travers son propre corps ou bien au-devant du corps social, de l’inconnue « manif’heste » et de rencontres substantielles. En marchant tel le marcheur de Giacometti. Entre les racines identitaires et la marche du déterritorialiste cultivant les rhizomes, le détachement est nécessaire au vocalchimiste qui compose le terreau de ces influences entre océan et cosmos… Lire le chant des pistes, comme l’Aborigène apprend le chant du territoire pour le traverser, en le traversant.

André Minvielle

L'ABCD'erre de la Vocalchimie est proposé en deux versions une "Jeune Public" et une "Tout Public"

Il a été créé en octobre 2005 à Paris (la villette) au Théâtre International de la Langue Française (TILF) dirigé par Gabriel Garran. Il était accompagné d’une installation sonore « roses des vents » et d’entretiens/Performance avec Michel Alessio de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Jacques Bonaffé, comédien et Gilles Defacques, comédien clown.

Une recréation spécifique destinée aux scolaires a été développée à l’espace Jeliote d’Oloron sainte-Marie en février 2012 : La vocalchimie pour les petits et les grands.

L’ABCD’erre de la vocalchimie peut se jouer dans un théâtre, un cinéma, une salle de concert appropriée ; pour les scolaires, au cours de séances spéciales en matinée et après-midi et pour le grand public, en soirée.

Il peut être représenté plusieurs fois dans une semaine au cours de laquelle l’équipe propose un collectage de la parole en collaboration avec le lieu d’accueil et des interventions publiques sous forme de communication autour du projet « Suivez l’accent ».

Extraits de l'ABCD'erre de la Vocalchimie

Conditions humaines

André Minvielle : voix, chants, textes, machines, percussions, groove, swing, tchatche, tamtam, souffles, cris, bégaiements...
Remi Tarbagayre : ingénieur du son, dispositif de son quadriphonique pour l’auditeur.
Arno Tartary : éclaireur du spectateur, ponctue l’espace vocalchimiste d’ombres et lumières

Conditions d'accueil

Existe en 2 versions :

  • Pour les grands / 70 minutes
  • Pour les petits et tout public / 60 minutes

A la charge de l’organisateur :  application de la fiche technique jointe au contrat.