Andre Benedetto, Henri Meschonnic

2 janvier 2006
Photo benedetto

Interview A. Benedetto


H. Meschonnic

Interview H. Meschonnic


Sociologues, philosophes, hommes de théâtre, professeurs, poètes en parlent ou en écrivent : la voix de Pierre Bourdieu et les écrits de Jacques Derrida. Extrait de "le monolinguisme de l'autre" : "L'accent français, quelque accent francais que ce soit, et avant tout le fort accent méridional, me paraît incompatible avec la dignité d'une parole publique (inadmissible, n'est ce pas, je l'avoue). Incompatible, à fortiori, avec la vocation d'une parole poétique : avoir entendu René Char, par exemple, lire lui même ses aphorismes sentencieux avec un accent qui me parut à la fois comique et obscène, la trahison d'une vérité, cela n'a pas peu fait pour ruiner une admiration de jeunesse ".
Ces interviews ont été réalisées avant la disparition de Jacques Derrida. Nous souhaitions le rencontrer ainsi que Pierre Bourdieu. Dommage. Nous avons demandé à deux travaillleurs du langage de répondre à leurs positions orales ou écrites.
Le point de voix d'André Benedetto, auteur et acteur, metteur en scène, directeur du théâtre des carmes à Avignon.
Le point de voix d'Henri Meschonnic, professeur émérite à l'Université de Paris8. Il mène une triple activité de poète, linguiste et traducteur.


Prises de sons, photos, montages et coeur à l'ouvrage : André Minvielle, Arno Tartary, Philippe Blanqué.