Cançon

Lionel Suarez / André Minvielle

Jo, non credi pas
Qu’un dia amorteish lo só
Que huma a nueit caduda
Tu praube país
Qu’ei amic dab sau estarida
Dab un brut de bueus escagassats

Se noste cosin
Ei plan lo Nòrd deu Brasil / Norte do Brasil
Com còrn, prova de mei
Com las autas pèths

Soi un sauvatge de la lenga
Un desarrigat, esbalucat
Cantan, amics deus bons
Vau-ren, mietat de l’umaninat

Tà tu « do Brasil »
Jo qu’escrivi aquesta cançon
Camin chucós de còr
E tà vos tanben, mainats
Per anar cantar negre de votz
Cantar negre de sau.


Traduction française :
Moi, je ne crois pas / Qu’un jour éteigne le soleil /Qui fume à la nuit tombée/ Toi, pauvre pays /Tu es l’ami de ce sel épuisé / de ce bruit de bœufs escagassés. Si notre cousin / c’est bien le Nordeste du Brésil/ comme coin, poussière de plus. Comme ces autres peaux / je suis un sauvage de la langue / un déraciné, un allumé. Chantent, mes bons amis / vauriens moitié de l’humanité. Pour toi du Brésil/ moi, j’écrivis cette chanson/ chemin juteux de cœur. Et pour vous, tous ces enfants Pour aller chanter nègre de voix/ chanter nègre de sel.